RDC- Luhaka: «l’instabilité institutionnelle peut avoir un impact négatif sur le calendrier électoral»

0

THOMAS LUHAKA1

L’instabilité institutionnelle, née de la crise que traverse la majorité présidentielle (MP) ces derniers jours, peut avoir un impact négatif sur le calendrier électoral. Le président du Mouvement de libération du Congo/Libéral, Thomas Luhaka, l’a affirmé dimanche 20 septembre à Radio Okapi.

« Nous avons voulu interpellé la classe politique en disant, il faut qu’on aille aux élections, des élections apaisées, des élections consensuelles, mais l’instabilité institutionnelle peut avoir un impact négatif justement sur le calendrier électoral », a déclaré Thomas Luhaka.

Selon lui, « on veut une chose et son contraire à la fois ».

« On veut aller vite aux élections en même temps on pose des actes qui peuvent affecter ce processus électoral », a fustigé Thoma Luhaka, vice-Premier ministre et ministre de Postes, téléphones et télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTT-NTIC).

Dans un communiqué publié samedi 19 septembre, quelques membres du Gouvernement de cohésion nationale issus de l’opposition ont dénoncé et condamné « le clivage artificiel constaté au sein de la MP et la tentative de déstabilisation politique des institutions du pays ».

« On veut faire croire à l’opinion qu’au sein du Gouvernement il y a deux camps. Entre ceux qui sont courageux que d’autres, et plus nationaliste et plus patriotes que d’autres qui se sont engagé à défendre la constitution contre un autre groupe supposé être là dans un grand complot pour violer la constitution. Donc, nous avons voulu dénoncer ce clivage artificiel », a précisé Thomas Luhaka).

Pour lui, la solution face à cette situation reste le dialogue politique.

7 partis politiques de la Majorité présidentielle ont, dans une lettre ouverte, appelé le président Kabila à respecter la constitution. La plate-forme de soutien au chef de l’Etat a conclu, par cet acte, à l’auto-exclusion de ces frondeurs.

Le porte-parole du gouvernement Lambert Mende, avait souligné que leur départ de la majorité entraine aussi celui de leurs formations politiques sauf expression d’un point de vue contraire des instances de ces partis.​

Un article de Radio Okapi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here