RDC : Moïse Katumbi en tournée euro-américaine pour accuser Félix Tshisekedi auprès de ses soutiens occidentaux

0

Alors qu’il est censé être en consultation avec ses partenaires politiques pour se prononcer ou non sur son avenir politique au sein de l’Union sacrée pour la Nation, plateforme dont Félix Tshisekedi est le leader, le Président du parti Ensemble pour la République, Moïse Katumbi est arrivé depuis ce lundi matin en Europe pour une visite privée selon un tweet de M. Olivier Kamitatu, son Directeur de Cabinet et Porte parole.

“Depuis ce matin, @moise_katumbi est arrivé en Europe pour une visite privée de quelques jours programmée de longue date.,” a écrit Olivier Kamitatu, Directeur de Cabinet et Porte parole de Moïse Katumbi.

Est il que selon un email parvenue nos confrères  POLITICO.CD,  Moïse Katumbi planifiait pourtant une tournée aux États-Unis pour rencontrer des officiels américains afin d’aborder notamment la question de la “violence contre l’Eglise catholique” en RDC alors qu’il est aux prises avec Félix Tshisekedi.

Un cabinet de Lobbying fait les démarches auprès des autorités américaines notamment pour préparer cette tournée qui devrait avoir lieu du 1er au 19 novembre 2021 selon un document exclusif consulté par POLITICO.CD.

Le message contenu dans ce document, est écrit par une collaboratrice de Ed Royce, ancien président du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants des États-Unis. 

Ce dernier représente désormais  la firme  Brownstein Hyatt Farber Schreck, qui travaille pour le compte de Moïse Katumbi.

“J’AI PARLÉ AVEC LES AFFAIRES CONSULAIRES (…) QUI M’ONT INDIQUÉ QUE LA MEILLEURE PROCÉDURE ÉTAIT D’OBTENIR UN RENDEZ-VOUS POUR UN VISA (…)  M. KATUMBI RÉSIDE EN ZAMBIE ET PEUT CONVENIR D’UN RENDEZ-VOUS À TOUT MOMENT QUE VOTRE AMBASSADE PEUT FOURNIR”. PIC.TWITTER.COM/3OWS2BNVPZ

— Litsani Choukran (@LitsaniChoukran) November 4, 2021

« Je vous écris au nom de M. Katumbi – il a récemment soumis sa demande de visa pour un B1/B2 pour voyager aux États-Unis les dates du 1er au 19 novembre, car il a des réunions urgentes à Washington DC.  Nous, en collaboration avec des collègues de King et Spalding, avons assuré pour lui des réunions avec des membres sur la Colline et nous travaillons sur des réunions avec l’administration, y compris le NSC, l’État, le ministère de la Défense et quelques autres agences. 

Le but de ces réunions est de discuter des problèmes récents en RDC entourant la violence contre l’église et la menace à la démocratie » explique Samantha A. Carl-Yoder, qui se présente comme collaboratrice de Ed Royce dans le même message.

Selon le journaliste Litsani Choukran qui a rendu public cette documentation, le message en question est destiné étrangement à un haut fonctionnaire de l’Ambassade des États-Unis en Zambie où Moïse Katumbi est censé être résident.

« J’ai parlé avec les Affaires consulaires et EB, qui m’ont indiqué que la meilleure procédure était d’obtenir un rendez-vous pour un visa, puis de travailler avec la poste pour l’accélérer.  M. Katumbi réside en Zambie et peut convenir d’un rendez-vous à tout moment que votre ambassade peut fournir, à l’exception du lundi 25 octobre » dit l’auteure cité dans ce document.

Ed Royce était à la tête du Comité des Affaires étrangères de la Chambre  des Représentants pendant plusieurs années. Il a, plusieurs fois, effectué des sorties dénonçant le pouvoir de Joseph Kabila, alors aux prises avec Moïse Katumbi.

En janvier 2019, il a ouvertement fustigé les élections ayant conduit à la victoire  du président Félix Tshisekedi.   

« Les résultats de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) n’ont toujours pas été annoncés, mais des responsables américains dénoncent déjà un scrutin qui n’aurait été ni juste ni démocratique« , avait-il dit.

Durant cette tournée, explique toujours ce message e-mail, Moïse Katumbi avait prévu de travailler également avec le gouvernement américain sur des questions liées aux minerais critiques et aux chaînes d’approvisionnement en RDC et dans la région.  « M. Katumbi se rendra également à New York pour des réunions avec le secteur privé, ainsi qu’avec des responsables des Nations Unies. 

En tant qu’ancien dirigeant de la RDC et à qui le Congrès et les membres de l’Administration font confiance, sa participation à ces réunions est vitale pour faire avancer les intérêts de sécurité nationale des États-Unis en Afrique », explique son lobbyiste.

Voilà sans doute ce qui explique le départ précipité de Moïse Katumbi en tournée Euro-américaine abandonnant à leur triste sort ses alliés dont certains comme Delly Sessanga et Mike Mukebayi ont decidé de quitter l’Union sacrée avant méme son mot d’ordre.

Il faut dire que ce voyage précipité intervient juste après le succés obtenu par le Président Félix Tshisekedi au cours de sa récente en Israël (allié de taille des USA), à Rome où il a prit part au G20 aux côtés de Biden et au COP 21 où il a mis en exergue l’interêt incontournable de la RDC pour la protection de l’environnement face au rechauffement climatique.

Consideré auparavant comme enfant cheri des occidentaux, Moïse Katumbi, affaibli politiquement aprés sa rupture avec Martin Fayulu, tente de reprendre la main en offrant au monde une image négative du Président actuel de la RDC en témoignant contre lui sur les menaces imaginaires dont seraient présumées victimes, les membres du clergé de l’Église catholique qui se sont érigés comme opposants au regime du Président Félix Tshisekedi depuis l’échec de leur candidat soutenu aux Élections de 2018, Martin Fayulu.

Rappelons que le parti Ensemble de Moïse Katumbi est actuellement allié avec Lamuka de Martin Fayulu, les catholiques du CLC et le FCC de Joseph Kabila dans une vaste coalition Anti- Tshisekedi.

Bishop Mfundu

Contactez la rédaction de Voice Of Congo : 00243 818956860

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here