RDC : Plus de 60% des congolais se disent favorables à Matata après ses 2 ans au pouvoir.

3

Bilan Matata

Alors que l’actualité en RDC (République Démocratique du Congo) est dominée par l’avènement d’un nouveau gouvernement de cohésion national, l’actuel gouvernement, chapeauté par le premier ministre Augustin Matata Ponyo, avait quant à lui totalisé 2 ans d’existence jour pour jour le 18 avril dernier.

A cette occasion, un sondage avait été conduit du 05 au 06 mai dernier par le quotidien Le Point pour évaluer le taux d’approbation du bilan du 22ème premier ministre de la RDC depuis son accession à l’indépendance en 1960.

Comme résultat : 61 % des congolais interrogés ont jugé positif les 2 ans de Matata à la primature; 22 % ont trouvé que le bilan de Matata avait plutôt des résultats mitigés et 10% pensent que Matata n’a pas été à la hauteur de sa tâche. Les 7% restants se sont abstenus de touts commentaires.

Selon Le point, ceux favorables à Matata et son gouvernement lui reconnaissent des grandes réalisations notamment sur l’économie et le développement du pays. Parmi elles, la stabilité macroéconomique dont les effets, entre autre la stabilité des prix sur le marché, sont de plus en plus perceptibles sur le quotidien de la population, le taux de change qui est resté inchangé depuis deux ans, le retour des transports publics, la réussite de la bancarisation et le bon encadrement de la révolution de la modernité. La construction des écoles et l’ouverture officielle de l’hôpital du Cinquantenaire font aussi parti des réalisations attribuées à Matata et son équipe.

Ces 61 % des congolais créditent aussi Matata pour des succès d’ordre sécuritaire. Entre autre la montée en puissance de l’armée congolaise, la fin du phénomène Kuluna dans la capitale; le succès diplomatique qui a permis au pays de se réaffirmer sur la scène internationale.

Des délestage moins fréquents dans la capitale Kinshasa comptent aussi parmi les actions positives attribuées au gouvernement Matata.

A l’autre extrémité, les 22% des détracteurs du premier ministre lui reprochent de nonchalance, passivité ou encore inefficacité dans son intervention face à des catastrophes et incidents tel le naufrage qui avait fait plusieurs centaines de morts sur le lac Albert du Kivu ou l’accident férroviaire du Katanga dont le bilan officiel faisait état des dizaines de morts ou encore le drame du stade de Kikwit lors du concert d’hommage au chanteur Kester Emeneya.

Un autre sujet épineux qui a attiré des critiques sur le gouvernement Matata est celui des plus de 70 000 RD Congolais réfoulés de la République du Congo. Nombreux sont ceux qui considèrent ce développement des choses comme une preuve de l’échec de la diplomatie du gouvernement.

 

Le sondage de Le Point a aussi demandé au commun des congolais ce qu’ils pensaient de chaque ministre en particulier. Voici un résumé du top 10 par ministre et par ordre décroissant d’approbation :

 

1. Raymond Tshibanda, ministre des Affaires étrangères et Coopération internationale : 62 % des congolais approuvent son bilan notamment pour avoir obtenu la sympathie de la communauté internationale envers la RDC pendant le conflit qui l’opposait au M23 et son parrain le Rwanda mais aussi pour la réussite du XIVème sommet de la francophonie tenue à Kinshasa en octobre 2012.

La crise diplomatique entre la RDC et la RC suite au refoulement massif des Congolais résidant au Congo Brazzaville n’a, jusque là, affecté le cabinet de Tshibanda que marginalement.

2. Richard Muyej Mangez, Ministre de l’Intérieur, Décentralisation et Affaires coutumières : 58 % des sondés lui sont favorables principalement grâce au succès de l’opération “Likofi” ayant permis à Kinshasa d’être débarrassé des jeunes délinquants surnommés Kuluna.

3. Lambert Mende Omalanga, Ministre des Médias, chargé des relations avec le Parlement et de l’initiation à la nouvelle citoyenneté : 56% sont pour un bilan positif bien que le secteur médiatique du pays reste encore mal financé et techniquement sous développé.

4. Fridolin Kasweshi Musoka, ministre national des Infrastructures et aménagement du territoire : 56% des favorables. Il doit ce taux de popularité principalement aux travaux de construction et réhabilitation entrepris dans la capitale Kinshasa.

5. Félix Kabange Numbi ministre de la Santé publique : 55% d’opinions favorables. L’approvisionnement permanent en médicament des hôpitaux et la régulation plus stricte du secteur pharmaceutique en sont pour beaucoup.

6. Maker Mwangu Famba, Ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel : 54% des voix lui sont attribuées par le sondage. Dans ses 8 ans à la tête de ce secteur de l’éducation, Maker a pu restaurer la régularité et ponctualité de la publication des résultats des examens d’Etat.

7. Patrice Kitebi Kibol Nvul, ministre des Finances : 54% des congolais lui sont encore favorables, toutefois, avec les récentes révélations sur des comptes ouverts par son ministère dans la banque nigérianne Access Bank, il est très douteux qu’aussi nombreux de gens lui feront encore confiance.

8. Geneviève Inagosi ministre du Genre et de la famille : 53%. Seule femme dans le top 10 du sondage de Le Point.

9. Justin Kalumba Mwana Ngongo, Ministre des transports : 52%. Il est applaudit par les Kinois pour les avoir sorti de l’un de leur pires cauchemars; celui du transport en commun. Grâce à l’avènement des bus Transco, les Kinois peuvent oublier les luttes physiques et bousculades dans lesquelles ils devaient s’engager pour se déplacer ne fût ce que pour la commune voisine.

10. Daniel Mukoko Samba, vice-premier ministre et ministre en charge du Budget : 51% des satisfaits; moitié moitié donc pour Mr Samba, notamment parce que bien qu’il a récolté des succès dans la bancarisation de la paie de fonctionnaires de l’Etat, il a jusque là échoué dans ses efforts envers une dédollarisation de l’économie nationale.

Augustin Matata Ponyo, ancien ministre des finances dans les deux gouvernements qui ont précédé le sien, a succédé Louis Alphonse Koyagialo comme premier ministre le 18 avril 2012.

Il n’est pas encore certain s’il sera reconduit dans le prochain gouvernement de cohésion nationale dont la formation avait été annoncée par le président Kabila à l’issue des concertations nationales tenues en septembre dernier.

Erick Bukula

Voice Of Congo

3 COMMENTS

  1. Quels 60% des Kongolais qui se disent favorables ? Des malades mentaux alors! Education, soins medicaux, habitation, courant et eau potable, infrasctructure etc. =ZERO et les Kongolais sont favorables! Les Kongolais de toutes les regions ou les Kongolais de Kin car Kinshasa n’est pas le Kongo entier. Et c’est faux et archifaux, ils ne faut pas prendre les gens pour des imbeciles.

    Et que dites vous des Kongolais refoules de Brazza et des autres pays dont certains, les membres de la famille sont tous morts a cause de la famine qui leur est infligee pour les tuer lentement mais suremment. Vous leur aviez trouve des logis, a boire et a manger, les ecoles pour leurs enfants etc. En attendant, les Chinois, Indiens, Pakistanais, Libanais, Ruandais, Burundais, Tanzaniens, Coreens, Maliens, Nigerians, Brazzavilois,etc. occupent leurs places et c’est ca les Kongolais dont vous nous parlez qu’ils sont favorables ou de la FMI ou la Banque Mondiale? Encore une fois, on n’est plus dupes. Assez avec vos tralalaaaaaaa…….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here