RDC/Rwanda: Malgré la signature de l’accord de Luanda, le M23 continue les hostilités sur terrain (Société civile)

0

Bien qu’ayant accepté de respecter l’accord de cessez-le-feu de Luanda, les rebelles du M23 continuent la guerre sur terrain dans le territoire de Rutshuru et menacent même le territoire de Masisi.

“Malgré la signature de l’accord de Luanda par des Chefs d’Etat, le M23 continue les hostilités au sud du territoire de Rutshuru et est en train de menacer d’entrer dans le territoire de Masisi”, alerte, sur TOP CONGO FM, le premier vice-président de la Société civile du Nord-Kivu, Edgard Mateso.

Il indique que les Rwandais sont en train de couper la passerelle entre les territoires de Lubero et Masisi qui formaient une voie d’accès au chef-lieu de la province pour asphyxier Goma et la couper de reste de la province.

“Il y avait une passerelle entre les territoires de Lubero et Masisi qui formaient une voie d’accès au chef-lieu de la province. Les Rwandais sont en train de couper cette passerelle comme pour asphyxier Goma et la couper de reste de la province”, prévient encore l’activiste.

Les villes de Butembo et Beni sont déjà coupées de Goma sur la RN2.

“La partie nord de la province, c’est-à-dire les villes de Butembo et Beni, connectées à la ville de Goma par la route nationale n°2, est d’ores et déjà coupée par ce groupe armé”, s’alarme Edgard Mateso.

Raison pour laquelle il demande aux autorités de redoubler d’efforts pour qu’au moins une de ses 2 voies soit libérée pour ainsi permettre à la population d’accéder au chef-lieu de la province.

Le sommet des Chefs d’Etat tenu à Luanda en Angola a sommé le Mouvement du 23 mars (M23) à mettre fin à ses attaques contre l’armée congolaise dès vendredi 25 novembre et de se cantonner à l’intérieur de la République démocratique du Congo.

” Il y a une date précise, c’est le vendredi 25 novembre à 18 h30, Le M-23 doit cesser toutes ses attaques contre les Forces armées de la République démocratique du Congo ( FARDC) et la Monusco”, avait déclaré le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères Christophe Lutundula.

Il faisait la restitution à la presse des décisions prises par les présidents Joao Lourenco (Angola), médiateur de la crise entre Kinshasa et Kigali, le président Evariste Ndayishimiye (Burundi), président de la Communauté des États d’Afrique de l’est, Uhuru Kenyatta, l’ancien président kenyan et le chef de l’Etat congolais Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.
« Si le M23 se soumet, d’ici vendredi la population va retourner dans leur milieu de vie », a expliqué le Vice-Premier ministre Lutundula.

« 387.000 déplacés congolais » ont fui cette guerre imposée par le Rwanda, selon les statistiques du gouvernement.

En cas de refus, « il entre en jeu la garantie de bonne fin: l’intervention de la force régionale contre le M-23 conformément aux prescrits du processus de Nairobi et au rapport de la réunion des chefs d’État majors de la communauté d’État d’Afrique de l’Est ténue à Bujumbura ».

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here