RDC : Souveraineté et Ingerence…

0

Michel & Kabila

Décidemment, rien de nouveau sous les Tropiques. En particulier au bord du fleuve Congo. L’actuel procès en lèse-souveraineté intenté contre certaines chancelleries est aussi vieux que le Congo indépendant. De Lumumba à Kabila fils en passant par Mobutu et Mzee, l’ingérence dans les affaires congolaises est ce grief qui traverse et transcende tous les régimes.

Habitués du fait, les Congolais d’avant-hier, d’hier et même d’aujourd’hui connaissent par cœur la chronique de ce procès récurrent. Dans le rôle du plaignant, le pouvoir rd congolais. Dans celui de l’accusé certains pays qui, en terre congolaise, ont comme ” vocation ” à incarner la communauté internationale. Des pays que tous les Zaïro-congolais peuvent citer et réciter en chœur.

Le nécessaire plaidoyer pro domo qu’articule ces jours Kinshasa résonne comme en écho aux philippiques de l’époque de Mobutu contre ” le déni de souveraineté ” du Zaïre d’alors. Comme aujourd’hui, hier l’on ne se privait pas de battre le rappel des conventions internationales pour dénoncer l’ingérence dans les affaires zaïroises. Contre les mêmes pays. Avec la même virulence. En appuyant sur la même fibre patriotique. Il n’est pas facile d’être le Zaïre, aimait à dire Mobutu. Des propos qui pourraient tout aussi sortir de la bouche des dirigeants actuels. Pour déplorer la même chose.

Il est vrai que, dans la foulée de Berlin, le Congo avait été imaginé comme un vaste comptoir où les puissances de l’époque pouvaient organiser des expéditions pour se servir. Dans l’imaginaire occidental, cette vocation originelle avait ou a la peau dure. Surtout pour un pays gâté par la nature comme par sa position géographique.

Seulement, lorsque l’on aura achevé de constater cela, il restera la part de responsabilités des Congolais eux-mêmes. Comment s’assumer souverain et assumer sa souveraineté si depuis 1960, la classe politique quémande alternativement l’onction auprès des mêmes pays que l’on accuse d’ingérence. Comment se formaliser de l’ingérence lorsque cycliquement chaque loge de la classe dirigeante se confie, accuse l’autre auprès des mêmes ” partenaires extérieurs ” ?

Et last but not least, comment clamer son indépendance sans renforcer le tissu national , base matérielle pour tout Etat soucieux de sa…souveraineté ?

José NAWEJ

Un article de Forums des As

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here