RDC : Un député menace de saisir la justice après avoir été molesté par ses collègues

4
senga
Valentin Senga agressé au parlement /Photo de Butembo11.net

par Erick Bukula

La scène au Parlement le lundi dernier ressemblait plus á un match de boxe qu’à une plénière de l’Assemblée Nationale. Les élus du peuple avaient complètement oublié la manière civilisés de résoudre leurs différences et en sont venu aux coups de poing.

 

(Kinshasa)- Le député Valentin Senga, victime d’une agression violente pendant la séance plénière du lundi dernier à l’Assemblée Nationale, a déclaré envisager de trainer en justice son principal agresseur, le Député Léon Basongo et tous ceux qui ont levé la main sur lui ce jour là. Cet élu de la province orientale, qui a dit regretté d’être incompris par les siens, s’est proposé de saisir la justice contre ses agresseurs pour coups et blessures.

Les menaces du député Senga interviennent à la veille d’une violente altercation qui a eu lieu le lundi 10 novembre dernier à l’Hémicycle du Palais du Peuple. Une altercation qui avait dégénérer en un échange de coups de poing entre élus des mêmes provinces et partisans des mêmes plateformes politiques, plongeant ainsi l’Assemblée Nationale dans un chaos total.

Tout avait commencé avec la lecture, par le député Senga, d’une motion incidentielle favorable au ministre de l’Industrie Rémy Musungay. Ce dernier rappelons-le, était sous la menace d’une motion de défiance en rapport avec des travaux de la Cimenterie de Kisangani. Si, pour les auteurs de cette motion de défiance, ces travaux devrait stopper immédiatement suite à l’égarement révélé de certain matériaux de construction, pour le député Senga par contre, il fallait plutôt établir une commission d’enquête en lieu et place d’une motion de défiance.

Toutefois, si le député Senga s’en était arrêté là avec sa motion incidentielle, il n’y aurait surement pas eu d’incident au siège de la législature du Grand Congo. Seulement, cet élu de la Province Orientale avait choisi d’aussi accuser ses collègues élus de la province d’avoir été corrompus par un certain riche homme d’affaires, patron d’une cimenterie en Province Orientale. Le businessman, voulant faire échec au projet de la Cimenterie de Kisangani avec but de conserver le monopole de la production et du marché de ciment dans la province, aurait distribué des pots de vins aux autres députés pour qu’ils mettent fin aux travaux de construction de la Cimenterie.

Parlant de l’établissement d’une commission d’enquête, le député Senga avait déclaré : “Cette démarche permettra de faire la lumière sur les manœuvres orchestrées par certaines personnalités pour freiner l’entame des travaux de la Cimenterie de Kisangani. Aussi pour savoir comment les matériels s’étaient retrouvés à Matadi dans le Bas-Congo. Les matériels destinés à la construction de cette cimenterie sont, à ce jour, à 90 % acheminés à Kisangani. Les inciviques qui avaient volés ces matériels ont été déférés devant la justice. Le ministre de l’Industrie n’est pas responsable de tout ce que l’on reproche. L’autre raison du rejet de cette motion de défiance concerne la forme. Parce que sur les 63 signataires, 18 députés ont retiré leurs signatures”.

Ces affirmations du député Senga n’avaient pas été appréciées par ses collègues de la Province Orientale et ces derniers n’ont trouvé d’autres moyens de manifester leur mécontentement qu’en molestant sévèrement leur accusateur. Comme si cela ne suffisait pas comme châtiment, les élus de la Province Orientale ont aussi décidé de suspendre Le député Valentin Senga du poste de président du Caucus des élus nationaux de la Province Orientale jusqu’à nouvel ordre. Il lui reproche d’avoir, par ses déclarations, déshonorer leur honorabilité et la Province Orientale au nom de laquelle ils sont représentés à la Chambre. “Ils nous a déçu. Il a jeté de l’opprobre à la Province. Il ne mérite plus notre confiance”, se sont-ils indignés.

Le même lundi, une autre motion était en examen. Il s’agissait de la motion contre le Ministre Délégué aux Finances, Patrice Kitebi en rapport avec l’affaire de décaissement de 207 millions de Francs congolais destinés au fonctionnement des services du Porte-parole de l’Oppositions. Cette motion a subi le même sort que celle qui visait le ministre Musungay.

Un article de The Voice Of Congo.

4 COMMENTS

  1. Ki boniama yaba Zairois e zalaka naba niveau nioso meme au sommet de l’etat, lolenge president Paul Kagame a loba. Wapi difference entre bango naba “cons – battufis”?

Leave a Reply to Rozay Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here