RDC: Une plainte contre la VPM Ève Bazaiba pour enlèvement, séquestration, arrestation arbitraire et torture de Luc Atundu, Chef de mission de la COMIFAC-RDC

0

Une plainte complémentaire a été déposée contre le Vice Premier Ministre, Ministre de l’Environnement et Développement Durable, Ève Bazaiba Masudi.

Elle est accusée d’enlèvement, séquestration, arrestation arbitraire et torture du chef de mission de la COMIFAC-RDC, Monsieur Luc Atundu.
C’est ce que l’on peut lire du document adressé au Procureur Général près la cour de cassation par le cabinet d’avocats Conseils du précité.
Selon ses avocats, M. Luc Atundu est victime d’un enlèvement au Palais de la Nation avec Madame Liliane Fundi Mwayuma, Directeur Financier de COMIFAC-RDC, le 10 mai 2022.

Cet enlèvement serait organisé, aux dires de ces avocats, par des personnes non autrement identifiées sur instigation de la VPM Ève Bazaiba sous couvert d’une réunion qui aurait lieu à la cellule juridique de la Présidence.

Madame Liliane Fundi a été relaxée, précisent les avocats de Luc Atundu dans leur plainte.

Le 9 mai 2022, ce dernier avait reçu un appel téléphonique d’un certain M. Yves Ntita Kabuya, non autrement identifié, Secrétaire informatique à la COMIFAC-RDC, pour le persuader de se présenter à la séance de travail concernant le dossier COMIFAC-RDC et la VPM.

Chose curieuse, alors que la VPM fait déjà l’objet d’une autre plainte depuis le 25 avril 2022 pour plusieurs faits notamment:
– violation d’accord de siège signé entre la République Démocratique du Congo et COMIFAC;
– Abus de pouvoir par l’Immixtion, la paralysie et le dédoublement de COMIFAC en RDC (Structure sous régionale);
– Changement d’adresse des fonds (261.134.580, 41 Fc) déstinés à COMIFAC-RDC, structure autonomie;
– Privatisation des droits de travail et privilèges reconnus au Chef de mission, aux agents et cadres de la COMIFAC-RDC, bénéficiaires des immunités dans leurs fonctions;

– Rébellion,
et que son dossier est encore pendant au niveau de la cour de cassation, Madame Ève Bazaiba vient encore de se rendre coupable des faits lui reprochés en amont de cet article.

Elle s’est organisée pour un enlèvement et une arrestation arbitraire, afin de séquestrer Luc Atundu dans les locaux de l’Agence Nationale des Renseignements, alors que l’affaire relève du droit commun.

Pour ce, les avocats de l’intéressé demande au Procureur Général près la cour de cassation d’établir une réquisition pour que le dossier lui soit transmis afin que le droit de la défense soit garanti.

Quels sont les tenants et les aboutissants de ce dossier?

Selon les informations recueillies auprès de nos sources, tout a commencé avec la visite de la VPM Ève Bazaiba dans les installations de COMIFAC-RDC en juillet 2021. Emerveillée par l’organisation trouvée, elle a commencé à avoir des idées.
S’en est suivi le désaccord né de sa tentative de diriger les fonds du 2ème Trimestre 2021 destinés à la COMIFAC-RDC vers son Cabinet.

Le Coordonnateur s’étant opposé et ayant réussi à diriger ces fonds dans le compte COMIFAC, Mme refusera de signer les documents de la structure pour les 3ème et 4ème trimestres, laissant tomber en annulation le reste de crédit de 2021.

Avec l’Accord de siège, la COMIFAC a eu, dans le budget 2022, l’autonomie ainsi qu’un budget conséquent.

Aujourd’hui au pouvoir, Madame Ève Bazaiba utilise les mêmes méthodes qu’elle-même avait reprochées au régime de Joseph Kabila par les biais des marches et des manifestations pour réclamer l’établissement d’un État de droit.

Et pourtant le Président de la République Félix Tshisekedi a interdit ces genres de pratiques, comme le détournement de l’ANR de ses missions régaliennes au profit des intérêts mesquins et mercantilistes.

Qu’en est-il de droit de l’homme?

Peut-on retenir quelqu’un dans les services de sécurité pendant plus de 40 jours, pour un fait relevant du droit commun ?

Alors que c’est le Ministre Honoraire de l’Environnement Nyamugabo qui avait transmis en bonne et due forme, par lettre officielle, au Ministre des Affaires Etrangères, le Projet l’Accord de siège !!!

Voilà autant des griefs auxquels les autorités de la République et à la justice, y compris l’inspection Générale des Finances, doivent s’intéresser au plus haut point.

Il faut noter que le 28 mars 2022, Luc Atundu avait écrit au Président de la République Félix Tshisekedi pour dénoncer les multiples violations du VPM Ève Bazaiba de la mission et des buts assignés à COMIFAC-RDC.

Le Président de la République a été appelé à intervenir en urgence pour la normalisation du processus COMIFAC en RDC, face aux nombreuses violations des lois nationales et conventions internationales par Madame Ève Bazaiba, membre du Conseil des Ministres sous régionaux de COMIFAC.

Dans sa lettre au Président de la République, Luc Atundu a insisté pour que ce dernier puisse maintenir son leadership au sein de cet important outil de gouvernance forestière et environnementale Afrique Centrale.

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here