RETOMBÉES DES CONCERTATIONS NATIONALES : Kabila largue sa bombe ce jeudi

2

j-kabila-kanambe

A en croire des sources dignes de foi, des changements sont attendus

Une perestroïka à la congolaise en perspective qui alimente le suspense. L’éventualité d’un nouveau Gouvernement, désormais irréversible. La semaine qui commence est donc celle de tous les enjeux. Mais aussi et parfois, celle de toutes les surprises.

      Des sources dignes de foi renseignent que c’est ce jeudi 12 octobre que le chef de l’Etat s’adressera, à la Nation congolaise, via les deux chambres du Parlement réunies en Congrès. Un message annuel traditionnellement prévu en décembre, mais que l’urgence de la situation exige que celui-ci soit fait un peu plus tôt.

     Que va-t-il se passer plus concrètement sur la scène politique en RD Congo? Suspense ! Et, le président Joseph Kabila l’a si bien entretenu et même nourri, dans son discours de clôture des travaux des Concertations  nationales, samedi le 7 octobre dans la salle des Congrès du Palais du peuple. « Soyez rassurés que je vous ai entendus et que je vous ai compris », message clair et sans équivoque du président congolais aux Forces vives de la Nation.

     Plus rien ne serait donc comme avant les Concertations nationales en RD Congo. C’est de cette manière que certains analystes anticipent l’avenir politique dans ce vaste pays continent. Et, ils n’ont pas du tout tort, lorsqu’il faut se fier à la quintessence du message du président de la République, samedi dernier au Palais du Peuple. Un discours pas très long, mais riche de par son contenu. La particularité est que Joseph Kabila annonce de grands changements.

     Une perestroïka à la congolaise, sans pour autant égratigner l’ordre institutionnel existant. Il s’agit ici, du respect des institutions issues des urnes. Moralité, seul le Gouvernement devra connaitre des changements dans le sens que la Majorité qui le compose actuellement, devra s’ouvrir à la minorité (Opposition politique ?).  Ce, au nom de la cohésion et l’unité nationales.

     « Face aux enjeux de l’heure, vous estimez qu’il ne faut pas sacrifier les impératifs de la pacification et du développement accéléré du pays sur l’autel d’une orthodoxie démocratique qui voudrait que la Majorité tienne la minorité éloignée de la gestion de la chose publique ». Quand bien même que ce soient les délégués aux Concertations nationales qui l’auraient dit, Joseph Kabila qui a évoqué cette préoccupation dans son discours, sait le défi qui l’attend. Et, il n’entend pas du tout laisser passer beaucoup de temps pour répondre aux desiderata des délégués aux Concertations nationales.

     « A brève échéance, je convoquerai les deux Chambres du Parlement en Congrès, afin de rendre compte à la nation, des conclusions et recommandations des Concertations nationales». « …A cette occasion, des mesures importantes seront annoncées pour y donner suite, répondre aux préoccupations légitimes des délégués et par de là, à celles de notre peuple et imprimer un nouvel élan à l’œuvre de reconstruction nationale », promet Joseph Kabila.    

Laurel KANKOLE

2 COMMENTS

  1. Apres 13 ans de règne Kabila Kabange de sois même, ne peut jamais demander au peuple congolais de faire un gouvernement d’union nationale, un gouvernement de la chose publique, non, tout simplement il a été dicté par l’occident et l’occident voudrais être sûr de la maturité ce peuple et surtout d’un souhait du changement pointant ainsi à l’horizon en 2016, mais hélas, un échec monumental voire inacceptable. L’église catholique, qui semblais défendre la souveraineté nationale, ne dise plus rien et semble être fatiguée. En acceptant une concertation nationale d’un président imposé et non élu , les congolais viennent de tomber dans le filet de l’occident en donnant ainsi une occasion favorable et incontournable devant l’histoire et devant toute la communauté internationale, d’un troisième mandant à Joseph Kabila Kabange.Je déplore avec beaucoup de regret et d’amertume le comportement irréfléchie des intellectuels congolais .L’histoire étant têtue, me donneras plus raison.

  2. KABILA va déclaré que le CONGO RDC est devenu une capitale imaginaire du SATAN , lieu ou règne les désordres et les corruptions , les congolais examinons la situation en face , nos politiciens imbeciles et incapable on pris le courage de mettre les peuples à coté pour voir leurs interet,
    Le pouvoir en place doit partir par la force,

Leave a Reply to Martin MIHIGO BYAMUNGU Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here