Selembao : le quartier Kitokimosi privé d’eau et d’électricité pendant plus de douze mois

0

uytrt

L’accès à l’eau potable est un droit reconnu par la Constitution de la République démocratique du Congo. Pourtant, l’eau est devenue une denrée rare dans le quartier Kitokimosi de  la commune de Selembao. En effet, depuis plus d’une année, cette population effectue de longues distances pour s’approvisionner, notamment en recourant aux communes voisines de Bumbu et Ngiri-Ngiri.

Cette question d’accès à l’eau vient relancer la question sur le monopole injustifié de la distribution d’eau par la Regideso. Cela appelle réflexion, quand on sait combien ce secteur est vital et stratégique dans la vie de la nation.

On ne le dira jamais assez sur le calvaire enduré par la population du quartier Kitokimosi, l’un des plus peuplés de la ville de Kinshasa. L’eau potable y est toujours difficile d’accès pour plus de 80% de la population.  Cela étonne, quand on sait que la République démocratique du Congo regorge respectivement de plus de 50% et plus de 35% de réserves africaines et mondiales d’eau, selon l’Agence nationale de promotion de l’investissement.

 

Selon les habitants de ce quartier, les femmes et les jeunes filles vont souvent chercher de l’eau dans les communes proches que sont Bumbu, Ngiri-Ngiri et Bandalungwa. Véritable parcours de combattant. Chaque matin et chaque soir, comme au village, les femmes et les jeunes filles sont agressées pour la seule et simple raison de la quête d’eau.

 

Cette situation ne peut plus se justifier en plein 21ème siècle et dans la capitale d’un grand pays. Où est donc la place de la révolution de la modernité par rapport à la triste vie que mène cette population.

 

Les autorités politico-administratives, tant provinciales que celles du gouvernement central, sont interpellées à ce sujet par la population de la commune de Selembao.

 

Selon le rapport d’une agence des Nations unies produit en mars 2009, le besoin journalier en eau potable est estimé, pour la seule ville de Kinshasa, à 527 500 mètres cubes, alors que l’entreprise congolaise qui a le monopole de production et de distribution d’eau, la Regideso, ne fournit que 337 500 mètres cubes par jour, soit un déficit journalier de 42%, qui est égal à 220 000 mètres cubes.

 

« Nous vivons dans cette situation pendant une année et 6 mois, nous transportons des bidons de 25 litres, voire 30 litres tous les jours, nous les mamans et nos enfants. Comment voulez-vous que nous soyons en bonne santé », a déclarée Mme Mimi Diantama.

 

« Le quartier Kitokimosi est abandonné à son triste sort. C’est à se demander si nous faisons partie de la population congolaise ou pas ?  Le gouvernement congolais connaît bien ce problème de pénurie d’eau et d’électricité qui règne dans ce quartier, mais il ne s’en occupe pas, bien que nous en ayons parlé plusieurs fois.

Les parlementaires congolais élus de la ville de Kinshasa sont-ils au courant de cette situation de la commune de Selembao ? C’est ainsi que nous disons donc que nous vivons dans un monde à part », a regretté Honoré Ndualu, habitant de ce quartie

Source : Le Potentiel

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here