Sud-Kivu : des Rwandais chassés de la Tanzanie avec 1654 vaches veulent se rendre au Katanga

1

 

Des vaches en paturage dans les moyens plateaux de Bibokoboko au Sud-Kivu.

Un groupe de Rwandais chassés de la République de Tanzanie ont introduit sur le territoire congolais plus de mille six cent cinquante quatre vaches (1654) et qui sont actuellement bloquées dans un site de la localité de Kigongo, à 7 Km au sud de la cité d’Uvira  dans la province du Sud-Kivu.

 

Selon Radio Okapi citant des sources dans la citée de Kiliba située à environ 27 km de la ville d’Uvira, ces troupeaux appartiendraient à des éleveurs rwandais expulsés récemment de la Tanzanie.

Ces bêtes ont traversé la frontière congolo-burundaise de Kiliba en direction de la province du Katanga.

Toutes ces vaches se trouvaient jusque mardi à midi (heure locale)  au site du marché de Kigongo, au sud de la cité d’Uvira. Pour atteindre le Katanga, ils devraient passer par le territoire de Fizi.

 

Selon Radio Okapi, les bergers rwandais ont déclaré à M. Kijanda Lulege, le chef de cellule de la production animale d’Uvira, que leurs titres de propriété sur ces animaux avaient été déchirés par des éléments Ma-Maï dans la localité de Makobola, alors qu’ils s’apprêtaient à traverser le territoire de Fizi.

 

D’autres sources sur place à Kigongo ont indiqué que des combats signalés le week-end dernier entre un groupe de miliciens et les FARDC auraient arrêté la progression de ces troupeaux vers Fizi.

 

Il y a deux semaines, des bergers parmi lesquels des Congolais et des étrangers s’étaient présentés à son bureau pour déclarer leurs troupeaux, a déclaré Kijanda Lulege. Il s’agissait «des éleveurs connus » de la Ruzizi en transhumance à Kigongo, a-t-il ajouté sans donner plus de détails.

 

Confrontée au manque d’espace, la plaine de la Ruzizi est le théâtre des conflits récurrents entre éleveurs et agriculteurs.

 

 Depuis une année, plus de sept mille vaches ont quitté cette plaine à la recherche des pâturages verdoyants dans la province du Katanga, a indiqué Kijanda Lulege.

 

Mais un enseignant d’Uvira s’exprimant sous couvert de l’anonymat, a qualifié l’arrivée des bergers rwandais d’une stratégie d’infiltration des Rwandais tentant de rejoindre les plateaux de Minembwe d’où ils se présenteront plus tard comme des Congolais habitant le territoire de Fizi bien avant l’indépendance de la RDC.

 

Il a souhaité que les autorités congolaises, particulièrement de Service d’immigration, fassent comme leur homologues de la Tanzanie et renvoient ces bergers rwandais dans leur propre pays et non les laisser se rendre au Katanga sans autorisation des autorités nationales qui, selon lui, devraient être informées de cette présence d’étrangers sans qu’il y ait des accords préalables entre les deux pays.

 

Cet enseignant a rappelé le cas des combattants FDLR désarmés et envoyés au Katanga, après que la province Orientale ait refusé de les recevoir, ont repris les armes et tracassent les populations et le nord-Katanga, autre fois plus calme, vit aujourd’hui l’insécurité créée par de groupes armés qui sont nés juste après l’arrivée dans cette province des combattants FDLR que l’on avait pourtant désarmés.

1 COMMENT

  1. ilfaut le Gouvernement Congolais face les meme come le Tanzanie ilfaut Expulse tout les Genocideur Tutshi Rwandais qui puis retourne chez leur president Pscopate Kagame parque les Tutshi ce un peuple Criminnele

Leave a Reply to Diaspora Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here