Un autre congolais tué en Afrique du Sud

0

11737049_694044034061614_2011309911_n

Une horde d’étrangers est allé faire une chasse à l’homme à Hout Bay, jeudi, l’assaut dans les rues de Imizamo Yethu établissement informel pour cherché les tueurs d’un homme congolais.

Nchikala Ngoy, 23, a été poignardé à huit reprises dans le dos et la tête après s’etre fait cambriolé sur son chemin de retour en revenant de la Bibliothèque de Hout Bay le mercredi soir ( 08 Juillet 2015).

L’étudiant de l’université de Cape Town – qui a quitté la République démocratique du Congo (RDC) pour l’Afrique du Sud il ya un an – était sur son chemin de retour à sa cabane dans Imizamo Yethu.

Ngoy a été tué près des résidents de “La Maison Blanche”, un bâtiment abandonné appartenant a l’hôtel de ville, et la plupart sont des criminels. La zone autour du bâtiment est un point chaud de la criminalité. L’Association Civique de Hout Bay (ACBH) a demandé à l’hotel de ville de faire face à l’immeuble depuis 2011, soit par la démolir ou de le mettre dans des tres bonnes conditions d’ utilisation.

Le secrétaire de l’association, Roscoe Jacobs, a déclaré que l’hôtel de ville a aidé et encouragé les crimes en omettant de faire face à son propre bâtiment de problématique.

Lorsque les Congolais concernés ont a visité la zone le jeudi, les résidents se rassemblaient à la station de police de Hout Bay, où ils avaient remis un homme soupçonné d’être impliqué dans un autre assassinat. L’homme, accusé du meurtre d’un homme du Malawi il ya deux semaines, a été roué de coups.

Porte-parole de la police Thembinkosi Kinana ne pouvait pas confirmer les arrestations de jeudi, disant que les rapports de la xénophobie et de la justice populaire était “non confirmé”.

Une plainte de meurtre a été ouverte et trois suspects sont recherchés. Le motif semble être le vol comme un téléphone portable a été volé “, a t-il dit.

Le frère de Ngoy, Valery dit la foule composée de congolais, Zimbabwéens, Ghanéens, Malawites, Ougandais et les Angolais, qui se sont réunis le jeudi après avoir été en permanence “la cible de crimes”.

Il a dit qu’ un groupe de jeunes hommes, qui étaient connus comme des criminels dans la communauté, a été protégée par leurs familles. “Ils sont arrêtés, puis relâcher peu de temps après parce qu’ils sont mineurs. Nous savons qui ils sont.

“Les Sud Africains se font volé aussi, mais ils ne sont pas poignardés ou tués. Les voleurs craignent la réaction de des autres Sud Africains, qui risquerait d’être pire. Ils savent qu’ils seront supplice du collier », a déclaré Valery.

“Les quelque Sud Africains sont bien avec nous, ce sont les voyous qui sont un problème. Ceci est un problème de la criminalité, mais aussi leurs familles les soutiennent aussi il est donc difficile de dire si cela est la xénophobie “.

Jacobs a condamné l’hotel de ville Jeudi, affirmant que son échec à démolir la Maison Blanche aidait les crimes.

“La communauté, dirigée par le Forum de police communautaire, a demandé la demolition de cette maison depuis l’automne depuis 2011”, a déclaré Jacobs.

Membre de l’unité pour la protection et la sécurité JP Smith dit que la police et les services de maintien de l’ordre étaient au courant du problème et patrouillaient la zone.

Smith a déclaré que le bâtiment allait bientôt être surveillé à bord avant d’être éventuellement être démoli.

Jean-Pierre A. Lukamba, qui est Vice Président du Forum de la Diaspora Africaine et l’un de leaders de la Communauté Congolaise en Afrique australe dit qu’ils sont très concernes par ces attaques, car Ngoy est le troisième Congo a être tué dans des circonstances cruelles depuis les attaques xenophobiques qui ont commence en Afrique du Sud depuis le mois de Janvier 2015. Il a participe au 25ieme Sommet de l’Union Africaine pour discuter avec les Etats membres sur des mesures qui doivent être prises pour réduire la violence contre les autres Africains dans certains pays Africains, mais surtout en Afrique du Sud. Il a ajouté aussi que les Africains ne devaient pas en principe être forcees de quitter leur pays d’origine s’il y avait la bonne gouvernance, le respect des droits l’homme, la liberté d’expression, les emploies, stabilité politique/économique, la vraie gestion de l’environnement et le respect de la dignité de la personne humaine et la vraie justice.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here