RDC : Une Chinoise surprise avec 49 pointes d’ivoire à Ndjili

0

Pointe d'Ivoire

Encore un joli coup de filet à l’aéroport international de Ndjili, le lundi 2 novembre dernier, grâce à la vigilance des services autorisés à opérer aux frontières et à la modernisation des installations aéroportuaires. Une Chinoise, a-t-on appris, tentait de sortir du territoire national congolais à partir de l’aéroport de Ndjili avec deux valises au contenu suspect.

Après avoir été soumise au check up avec ses colis, comme cela se passe pour tous les voyageurs, les services ont décelé, grâce aux équipements modernes dont ils ont été dotés, une anomalie lorsque les bagages de la chinoise passaient sur la chaîne modulaire.

Dès qu’on a ouvert, on a remarqué que le contenu desdites valises était fait de 49 pointes d’ivoire brutes et de quelques morceaux de pointes déjà travaillées. La propriétaire devait prendre un régulier de la compagnie aérienne éthiopienne « Ethiopen Airlines ». Le fait a été constaté le lundi autour de 11 heures locales de Kinshasa lors du remplissage des formalités d’usage, en prévision du décollage de l’avion qui intervient toujours en plein journée pour cette compagnie aérienne de droit éthiopien.

La série continue !

C’est ici qu’il faut rappeler que cette saisine est la troisième au cours de cette année 2015, dont le délai qui la sépare de la deuxième est de moins d’un mois !

Au mois d’août de l’année en cours qui tend à sa fin, les services du parquet étaient alertés des mouvements suspects constatés sur l’avenue Kabambare dans la commune de Barumbu. Descendus sur terrain, ils avaient trouvé une cargaison de près de 130 pointes d’ivoire dans la résidence d’un sujet guinéen en cavale. Une résidence de fortune dont personne ne pouvait soupçonner de telles activités suspectes;

Hélas, ce fut l’émoi total pour les habitants du quartier Bon Marché et environs de vivre un tel phénomène Le dossier est toujours au niveau des offices du parquet du ressort de Gombe, et l’occupant de la maison ou propriétaire du colis reste introuvable!

Pas plus tard qu’au mois d’octobre qui vient de s’écouler, les agents de la RVA (Régie des Voies Aériennes) ont dû mettre la main sur quatre valises pesant 123 kilos, et qui contenaient des pointes d’ivoire et deux cornes de rhinocéros blancs: Cela grâce à la modernisation de nouvelles installations aéroportuaires de Ndjili. Lesdits colis étaient présentés comme appartenant aux deux sujets vietnamiens dont on n’a jusqu’à ce jour jamais retrouvé les traces. Les propriétaires devaient voyager à bord d’un régulier d’Air France. Ce qui avait le plus fait tiquer dans ce dossier, c’était le fait que ces bagages au contenu suspect étaient passés au check up de la compagnie française installé à l’hôtel Memling où tous les services concernés étaient censés se trouver !

Selon l’expertise de l’ICCN (Institut congolais pour la conservation de la nature),, les fameuses pointes d’ivoire et cornes de rhinocéros blancs provenaient de la réserve nationale et patrimoine mondial de l’UNESCO du parc de Garamba dans l’ex-province Orientale.

Et voilà en moins de vingt jours, l’histoire se répète ! C’est ici alors où l’opinion se pose des questions qui malheureusement restent sans réponses. Mais, elles restent toutefois d’actualité aussi longtemps que la série continue.

Comment expliquer que toutes ces pointes d’ivoire vraisemblablement d’éléphants abattus par des braconniers au parc national de Garamba, sortent du parc et arrivent à Kinshasa sans que des services compétents ne les découvrent ? Par où étaient-elles entrées à Kinshasa avant de tenter l’aventure de les évacuer l’étranger? Comment des sujets expatriés, non membres de l’Unesco et ne travaillant pas dans le domaine de la conservation de la nature, parviennent- ils à accéder aux parcs et en sortir avec des colis suspects? Que font alors tous les services habilités à opérer aux frontières nationales pour contrôler les mouvements d’entrée et de sortie du territoire national?

Pour les analystes, il y aurait un réseau maffieux contenant aussi bien des Congolais que des étrangers pour parvenir à réaliser de tels forfaits. Et cela de manière répétée!

Il est donc dans l’intérêt de renforcer la surveillance, et surtout diligenter des enquêtes afin de dénicher des auteurs en vue de leur faire subir la rigueur de la loi.

Nécessité de renforcer la sécurité aux frontières

Nul n’ignore qu’actuellement toutes les nations du monde font de la sécurité ou mieux du contrôle à l’entrée et à la sortie du territoire national, leur cheval de bataille. La recrudescence du terrorisme a davantage renforcé des mesures de contrôle. Et la République Démocratique du Congo en tant que pays membre des Nations unies et signataire de plusieurs conventions visant la lutte contre le terrorisme et le trafic illicite des marchandises interdites, est appelée à faire preuve de vigilance.

En plus, au regard d’une longue frontière qu’elle partage avec neuf Etats, la République Démocratique du Congo a tout intérêt à s’investir davantage pour le renforcement de le sécurité à l’entrée et à la sortie du territoire national, ainsi qu’à l’intérieur du pays.

Pour ce qui est du réseau, il est temps que les autorités s’impliquent pour mettre la main sur les .membres de cette organisation maffieuse en vue du démantèlement total du mouvement.

Par ailleurs, une nouvelle organisation bénéficiant de l’appui du Programme des Nations Unies pour l’environnement est en train de prendre corps. Sa mission : veiller à la protection des espèces de faune et de foré menacées d’extinction. Il s’agit de la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore Sauvages Menacées d’Extinction, CITES.

De leur côté, l’Organisation Mondial du Commerce et l’Organisation Mondiale des Douanes interdisent également, dans leurs chartes respectives, le trafic illicite tout comme le commerce des marchandises jugées dangereuses pour la sécurité internationale.

Avec ce troisième cas en l’espace de trois mois, il est à espérer que cette énième saisine fera bouger les choses de manière à susciter la réaction des responsables des services concernés pour non seulement ouvrir grandement l’oeil, mais également tout faire pour décourager ceux qui en tirent des dividendes.

7sur7

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here