Verrouillage de l’accès à la Présidence : ACAJ souhaite que la question soit d’abordée avec responsabilité et sans considérations politiciennes

0

L’association congolaise pour l’accès à la justice, ACAJ a donné sa position sur la question de nationalité qui occupe le débat actuel en RDCONGO entre les tenants d’une réforme de la loi électorale en ses dispositions relatives aux conditions d’éligibilité de certains citoyens à la présidence de la République, et ceux qui estiment qu’il serait de bon aloi que lesdites dispositions, essentiellement relatives à la nationalité, ne soient modifiées au risque de violer la constitution de la République.

Selon cette ONG de défense de droit de l’homme, il faut aborder cette question avec responsabilité dans une  approche débarrassée de considérations politiciennes susceptibles de remettre en cause la fragile unité nationale.

C’est ce que l’on peut lire dans un communiqué de presse publié ce mardi 18 mai 2021.

Se fondant sur les prescrits constitutionnels combinés à ceux des articles 10, 11, 12, 13, 72, 102 et 106, ACAJ estime inopportun d’accorder le primat à cette question dont les acquis intangibles sont administrés par les cycles électoraux successifs de 2006, 2011 et récemment 2018.

Il apparaît clairement selon ACAJ qu’une réforme ayant pour finalité de percuter lesdits acquis démocratiques risquerait d’engendrer des frustrations et des violences éventuelles dont la RDCONGO n’a pas besoin.

Notons que la proposition de loi initiée par l’économiste Noël Tshiani pour modifier le statut d’éligibilité des candidats président de la République, est très mal perçue par les partisans de Moïse Katumbi qui y voient un moyen d’empêcher leur leader de postuler en 2023.

Bishop Mfundu

Contactez la rédaction de Voice Of Congo : 00243 818956860

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here