Vital Kamerhe: «Nous ne participerons pas aux concertations nationales.. »

3

5667054-8451896

Vital Kamerhe, le président de l’Union pour la Nation congolaise (UNC) et opposant au régime Kabila, explique, dans cet entretien, pourquoi son parti refuse de participer aux concertations nationales s’ouvrent dans quelques jours à Kinshasa, à l’initiative de la majorité présidentielle.

Notre Afrik: allez-vous participer aux concertations nationales qui vont bientôt s’ouvrir à Kinshasa?

Vital Kamerhe: Non, nous n’allons pas y participer. Cette décision avait été prise au cours d’une réunion regroupant l’opposition parlementaire et extra parlementaire le 1er juillet dernier. Car nous estimons qu’un vrai dialogue national doit avoir lieu tel que prévu par le point 14B de l’accord cadre d’Addis Abeba, signé par onze chefs d’Etats et quatre organisations. Cet accord prévoit un dialogue sous l’égide de Mary Robinson, l’envoyée spécial de l’ONU pour les Grands lacs.

Certains partis de l’opposition ont pourtant déjà choisi leurs délégués …

C’est la répétition de l’histoire. Mais comme vous savez, certains sont toujours prêts à se renier. Ils oublient que l’avenir du pays est plus important que nos personnes.

Que représentent donc ces concertations nationales?

C’est tout simplement du gâchis. C’est de l’argent de l’Etat qui va être jeté par la fenêtre. On nous parle d’un acompte de 5 millions de dollars qui a été versé pour ces concertations, alors que nous avons d’autres problèmes plus urgents dans le pays.Nous avons trois millions de réfugies à l’Est, une armée nationale à reconstruire, d’énormes défis sociaux. Et puis, sérieusement, les congolais n’ont pas besoin de recevoir des per diem pour discuter de la paix et de l’avenir de leur pays.

Ne craignez-vous pas de rater un train de l’histoire …

Quel train? Un train qui va vers l’enfer! Soyons sérieux, tout le monde connait les problèmes de la RDC: une crise de légitimité doublée de l’insécurité qui sévit à l’Est du pays.

S’acheminerait-on vers une impasse?

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Je crois que le président Kabila doit procéder à de vraies consultations pour savoir ce que pensent la classe politique, la société civile, l’Eglise, l’armée. Ce qui se passe actuellement est un énorme gâchis et un jeu de dupes.

Le président du Sénat, Kengo Wa Dondo, se déclare favorable à un gouvernement d’union nationale …

C’est son point de vue. Le conseil que je dois lui donner, est de faire attention et de ne pas se retrouver dans un marché de dupes. Nous ne sommes plus à l’époque de Mobutu. Je lui demande de faire attention. Le problème du Congo est celui du leadership que nous devrons asseoir à la tête de l’Etat. Les Congolais souffrent de la maladie du partage du pouvoir. Nous disons clairement que l’opposition politique ne participera à aucun gouvernement d’union nationale. Nous disons aussi que nous nous opposons à la prolongation du mandat de Kabila en 2016
Souscrivez-vous à la médiation du président congolais Sassou Nguesso?

Puisque le président Sassou n’est pas impliqué dans la guerre en RDC, nous pouvons l’accepter pour nous mettre ensemble, mais pas pour nous dire ce qu’il faut faire. Nous lui recommandons d’être prudent et de poser certains préalables avant de s’impliquer.

SOURCE: NotreAfrik

3 COMMENTS

  1. Je commence a tolere de plus en plus KAMERHE il est le seul politician influent qui parle le meme language avec nous les vrais combattants

  2. Mr Kamehre Vital a un vrai parlé et il est égal à lui même, depuis l’élection volé par Kabila ,il nous prouve son efficacité dans l’opposition contre le régime en place.

  3. Apres 13 ans de règne Kabila Kabange de sois même, ne peut jamais demander au peuple congolais de faire un gouvernement d’union nationale, un gouvernement de la chose publique, non, tout simplement il a été dicté par l’occident et l’occident voudrais être sûr de la maturité de ce peuple et surtout d’un souhait du changement pointant ainsi à l’horizon en 2016, mais hélas, un échec monumental voire inacceptable. L’église catholique, qui semblais défendre la souveraineté nationale, ne dise plus rien et semble être fatiguée. En acceptant une concertation nationale d’un président imposé et non élu , les congolais viennent de tomber dans le filet de l’occident en donnant ainsi une occasion favorable et incontournable devant l’histoire et devant toute la communauté internationale, d’un troisième mandant à Joseph Kabila Kabange. Je déplore avec beaucoup de regret et d’amertume le comportement irréfléchie des intellectuels congolais .L’histoire étant têtue, me donneras plus raison.

Leave a Reply to vision de loin Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here