Xénophobie : Au moins un congolais blessé et d’énormes dégâts matériels après la chasse aux étrangers à Durban

0

IMG-20150414-WA009-2


par Erick Bukula

(Durban) – La journée de mardi 14 mars était la plus agitée à Durban depuis le début des nouvelles vagues des attaques contre les ressortissants étrangers le 25 mars dernier. Aux moins six personnes ont été blesses et plusieurs commerces vandalisés mardi dernier dans la ville portuaire après qu’un groupe de plus de 700 sud-africains aient envahi le centre ville avec l’intention de faire la chasse aux ressortissants étrangers.

La situation semblait pourtant calme dans la matinée de mardi bien que des violences avaient été signalées dans la nuit de lundi à mardi notamment dans le township de Kwamashu(au Nord) où les résidences et commerces appartenant à des étrangers avaient été pillés et brulés. Vers la mi-journée, les premières violences éclatent au centre ville, plusieurs magasins appartenant à des étrangers mais aussi à des sud-africains sont pillés, forçant plusieurs autres commerces à fermer leurs portes.

En nombre largement inferieur aux assaillants, les forces de l’ordre peine à restaurer l’ordre et vers 13h la situation dégénère en un chao total. En début d’après midi la présidence annonce que le président Zuma a donné l’ordre de protéger les vies humaines et peu après, un important convoi de camionnettes de la police fait sont entrée dans la ville, la circulation des transports en commun et interrompu.

La police tente en vain de mettre fin aux pillages, dans certain lieux des affrontements prennent place entre forces de l’ordre et pilleurs, des colonnes de fumée s’élèvent de partout comme résultat de jets des bombes lacrymogènes par la police. Les principales artères de la ville touristique sont jonchées d’objets pillés et des détritus.

Pendant ce temps, dans les quartiers de Point Road et St Georges, au moins 2000 expatries s’organisent en groupe de résistance armés des machettes et autres outils. La police tente de disperser les groupes mais les étrangers semblent déterminés à se défendre et protéger leurs biens. « Nous nous battrons jusqu’à la mort » déclarent certains d’entre eux.

La police fait alors usage de plus de force, des cannons d’eau et de renfort, pour disperser les deux groupes et vers 15h30 un calme relatif semble retourné dans la ville de Durban. Cependant, les magasins restent fermés et le transport en commun ne circule pas jusqu’à la tombe de la nuit.

Les ambulanciers ont fait état de six personnes grièvement blessées dont trois par coup de couteau et une par brulure. Parmi elle un congolais de la RDC. La police a plus tard affirmé avoir arrêté 12 personnes en connexion avec ces violences, élevant ainsi à 46 le total des personnes arrêtées depuis le début des violences.

Depuis fin mars la ville de Durban et sa périphérie sont le théâtre des violences contre les ressortissants étrangers avec comme résultat au moins cinq morts jusque là et plusieurs commerces pillés. Les assaillants affirment agir sur l’ordre du roi Zulu Goodwill Zwelithini après que ce dernier ait déclaré que les ressortissants étrangers devraient être déportés parce qu’ils constituent un obstacle pour l’épanouissement socio-économique de la population locale.

Le même mardi le gouverneur de la province de Kwazulu Natal et le ministre de l’intérieur sud-africain ont eu à discuter sur la situation avec les diplomates de 15 pays africains.

Un article de Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here